English L’éthique – La relation éthique

/English L’éthique – La relation éthique

English L’éthique – La relation éthique

Comment penser une diète éthique ou une relation alimentaire éthique ?

L’éthique des relations humaines est étudiée par Chappuis (1999, p.23). Il développe la
relation à autrui à partir de 4 principes qu’il pose. Nous présenterons ici un de ses 4 principes en les
appliquant à la relation alimentaire éthique entre le diététicien et l’enfant dans le système
hospitalier.

Le premier principe celui du désir, celui de vie

D’après Deleuze et Guattari, le désir est le fondement de l’éthique et il ne s’agit pas pour
eux comme chez Spinoza de la simple « préservation de l’être » mais c’est vivre sa vie
pleinement et en apprécier les saveurs. Les saveurs sont idéelles mais pas seulement, elles
sont sensorielles aussi. Nous entrons dans une dimension éthique où le désir, la joie de
vivre peuvent s’épuiser mais également se renouvellent.

Le désir de vivre en effet reprend de sa vigueur grâce à la « force affirmative » et le désir
d’échanger, la solidarité. Manger à l’hôpital c’est se trouver au cœur d’un espace solidaire.
Nous pouvons prendre comme exemple des dons de lait maternels qui sont réalisés par les
mères dans un service de néonatalogie (la pasteurisation du lait maternelle à Robert Debré
existe depuis 2007). Ces dons de lait maternels servent à la constitution de seringues,
biberons pour des nourrissons. La pasteurisation du lait réalisée avec la complicité du
service diététique autorise du « sur mesure » pour le nourrisson. Ce n’est pas ici une
industrialisation du lait de femme, ses dons permettent une continuité de la relation de la
mère avec son enfant au-delà de l’apport des nutriments (Notons au passage que ce terme
est particulièrement intéressant, un enfant au départ est un nourrisson, du verbe nourrir conjugué à la première personne du pluriel).[…]

Nous insistons sur le rôle du diététicien qui œuvre pour une autonomisation de l’acte
alimentaire et une reprise de pouvoir sur leur corps de la part des enfants.

Il rénove la relation pour de nouveaux rapports aux pouvoirs. L’idée omniprésente est que
chaque éducation alimentaire ou éducation thérapeutique nutritionnelle est « sur mesure »
et mise au service de l’enfant.

Dans ce combat d’idées et pour des actes, diététiciens, personnels hospitaliers, la famille,
les enfants doivent s’impliquer et devenir actifs pour renforcer la valeur éthique à l’hôpital.

Un regret émerge, peu de réflexions sur une « diét’éthique » sont menées. La diététique
apparaît aujourd’hui plus à finalité biologique qu’humaine.

Extrait de la conférence sur Soins paramédicaux à l’hôpital Robert Debré le 21 Septembre 2010.

2018-04-17T19:12:24+01:00

Leave A Comment